Ouvrir la recherche
Actualité

Une année de pandémie et les pompiers du centre de secours Grenelle sont toujours sur le front

Mise à jour le 04/06/2021
Unité intégrée à la brigade de sapeurs-pompiers de Paris, la caserne de Grenelle poursuit son action au service de la population en cette période de COVID-19. Zoom sur les femmes et les hommes qui, chaque jour, veillent sur le XVe arrondissement.
6 place Violet, une grande porte cochère rouge et 14 000 interventions par an. Le chiffre a de quoi donner le tournis. Et, bien que le tourisme soit en baisse cette année avec plus de 33 millions de touristes en moins par rapport à 2020 sur Paris et l’Île-de-France, le XVe et ses 235 000 habitants ne manquent pas d’animer la vie du centre de secours. Chaque jour, ce sont 30 pompiers qui assurent leur garde dans un seul but : répondre à leur mission de protection des personnes, des biens et de l’environnement.
Si la caserne existe depuis 1860, le XVe arrondissement, lui, a bien évolué. La zone d’intervention du centre de secours est particulièrement hétéroclite : les quais de Seine, le quartier de Beaugrenelle et ses immeubles de grande hauteurs, un réseau de transport en commun souterrain, le boulevard périphérique, le parc des expositions de la porte de Versailles… la liste est non-exhaustive mais ce sont autant d’éléments qui rendent le travail des soldats du feu aussi varié que technique. Les 90 personnels qui composent le centre en savent quelque chose. Ayant toujours à cœur de servir et de donner du sens à leur engagement, les sapeurs-pompiers de Grenelle s’entrainent chaque jour pour le maintien de leurs compétences techniques et de leur condition physique opérationnelle. Etre sapeur-pompier de Paris ce n’est pas seulement le volet incendie, c’est aussi de nombreuses interventions de secours à victimes. Les interventions pour feu représentent environ 2 % de leur activité opérationnelle.
La journée type commence de bonne heure. Il est 6h30, la sirène retentie et l’ensemble de la garde incendie se lève, juste le temps de se raser, de prendre le petit-déjeuner et d’effectuer les tâches ménagères quotidiennes avant que le rassemblement de 8h00 ne sonne. C’est la relève de la garde. L’ensemble de la nouvelle garde se présente, chaque personne est affectée à un poste précis dans l’un des 8 engins du centre de secours et vérifie son matériel.
· 8h30 : c’est l’heure du sport ! Au programme : course à pied.
· 10h00 : instruction ! Et oui, un bon pompier c’est avant tout un technicien alors on déroule des tuyaux, on monte aux échelles, on simule un feu ici et un sauvetage par là. Chaque jour, les manœuvres incendies et secourismes sont répétées pour que le jour où la représentation doit avoir lieu le geste soit rapide et précis.
· 12h00 : repas
· 14h00 : travail dans les services intérieurs. On s’occupe de l’infrastructure d’un côté, on prépare les futures manœuvres de l’autre. Ressources humaines, logistique, administratif, organisation et préparation opérationnelle. Chez les pompiers de Paris tout est géré en interne réglé comme une horloge.
· 17h30 : comme il faut toujours mieux deux fois qu’une… 2e séance de sport et après l’endurance du matin cette fois-ci ce sera musculation pour bien terminer la journée.
Et là vous vous demandez : Mais quand partent-ils en intervention avec une journée si remplie ? À chaque réception d’un ordre de mission transmis depuis la plate-forme d’appel 18/112 à la caserne. 24h/24 - 7j/7, la vie en caserne s’interrompt soudainement et les engins s’engagent sirènes hurlantes dans les rues du XVe arrondissement pour répondre à une urgence.
Derrière les murs, on s’entraine, on s’adapte, on se protège également contre le virus. Mais une chose ne change pas depuis bientôt 160 ans : on sert le XVe arrondissement et sa population. On porte haut et fort les valeurs de la devise Sauver ou Périr et ce n’est pas une pandémie mondiale qui viendra changer les choses.

Paris.fr ne fait aucun suivi publicitaire et ne collecte aucune donnée personnelle. Des cookies sont utilisés à des fins statistiques ou de fonctionnement, ainsi que d'analyse (que vous pouvez refuser ici), nous permettant d'améliorer le site en continu.

Plus d'informations