Ouvrir la recherche
Actualité

Le bien-être animal dans le 15e

Mise à jour le 08/04/2021
De nombreux animaux, aussi bien sauvages que domestiques, cohabitent avec les Parisiens. En 2017, la mission « Animaux en ville », dont l’objectif était de faire l’état des lieux de leurs conditions de vie à Paris et de recueillir les propositions des élus, des acteurs du territoire, des Parisiens afin de leur permettre de mieux vivre en ville. 15 objectifs, déclinés en 71 préconisations, ont été élaborés avec l’objectif de faire de Paris une ville accordant toute leur place aux animaux et de développer une meilleure coordination entre les acteurs concernés par la gestion des animaux à Paris.
Cette stratégie se traduit, dans le 15e, autour de deux grands axes :

Renforcer la place de l’animal domestique en ville

1. Aménager l’espace public :
- Création d’un label « biodiversité positive » pour la protection animale qui valorisera certains projets urbanistiques favorisant le retour des oiseaux et des populations de moineaux ;
- Adaptation des marchés publics qui mentionneront de nouvelles clauses, comme les conventions d’occupation de domaine public, prenant en compte le bien-être animal.
2. Renforcer la biodiversité dans les espaces verts :
- Formation du personnel municipal concerné au respect du bien-être animal ;
- Mise en place systématique de nichoirs à moineaux et d’hôtels à insectes dans les programmes d’aménagement et renforcement du socle végétal. Les moineaux subissent une érosion de leur population. Ils ont besoin de nids et de nourriture pour passer l’hiver mais aussi d’insectes l’été. Il faut faire des efforts pour favoriser la biodiversité et pour attirer les insectes. Il faut également proposer des nids potentiels aux moineaux dans le bâti. Il est primordial de renforcer le socle végétal (espaces verts, jardins, arbres d’alignement, talus, bâti) qui permet aux moineaux de se déplacer et de vivre.
3. Améliorer la cohabitation entre les animaux sauvages et domestiques :
- Les allées des parcs ne comportant pas d’aires de jeux ou signalés comme tels seront accessibles aux chiens tenus en laisse et non dangereux (c'est-à-dire les chiens classés catégories 1 et 2) : squares de la place Étienne-Pernet, Carlo Sarrabezolles, des Périchaux, Pablo Casals, Bela Bartok, l’allée aux Cygnes, promenades Khalil Gibran et de l'avenue de Breteuil, parc André Citroën et Georges Brassens, jardins Marguerite Boucicautet des Mères et Grands-Mères de la Place de Mai ;
- Organisation d’un trophée du bien-être animal « dog-friendly » à destination des commerces, restaurants ou entreprises. Lauréat une année, l’EHPAD Villa Lecourbe accueille à temps plein Margaux une King Charles mascotte de la résidence, mais aussi le chat Monsieur Léon et deux perruches. De plus, l’EHPAD fait intervenir l’association « 4 Pattes Tendresse » auprès des résidents atteints de maladies neurodégénératives, avec Jack un labrador « diplômé » de l’école des chiens médiateurs et Lily un petit yorkshire Biewer terrier. Pour tout renseignement, rendez-vous sur http://lecourbe.maisonsdefamille.com/villa-lecourbe-accueil
- Réalisation de convention pour autoriser et encadrer l’installation d’abris à chats errants.

Mieux informer et mieux communiquer sur la place des animaux en ville

1. Ferme urbaine : Implantée au cœur du complexe sportif Suzanne Lenglen depuis 2018, la ferme urbaine Lenglen est la deuxième du genre à avoir vu le jour dans Paris. Les 2.000 m2 qui la composent sont peuplés de poules, brebis d’Ouessant, chèvres mais aussi de lapins, canes et oies. Cet espace a été conçu dans un but pédagogique de sensibilisation sur le bien-être animal et accueille petits et grands gratuitement.
2. Fête des Animaux : sensibiliser les Parisiens, une fois par an, notamment les enfants, aux enjeux de la présence d’animaux en ville. Associations et organismes pourront ainsi présenter au public leurs activités en faveur du bien-être animal.
3. Changer de regard sur la faune sauvage :
- Faire connaître la riche faune sauvage qu’accueille Paris, avec près de 1.300 espèces différentes, et la préserver en organisant des expositions dans les parcs concernant certaines espèces animales spécifiques (renards, faucons pèlerins, cygnes, brochets, chouettes hulottes, fouines, écureuils roux, hérissons, chauves-souris, etc) ;
- Réalisation d’ateliers sur l’animal en Ville.
4. Relâche d’animaux sauvages réhabilités, en lien avec le centre d’accueil de la faune sauvage de Maisons-Alfort (CEDAF)